La « pajata » disparue

Aujourd’hui, un post iconoclaste: destructeur, polémique, irrévérent.

Soyons francs, nous briserons certains mythes avec cruauté: de nombreuses traditions romaines disparaissent peu à peu, des lieux typiques et caractéristiques se transforment, la ville peine à conserver son âme ancienne. Les Romains sont en train de changer, leurs habitudes se modifient. Certains quartiers résistent, mais l’image qui se transmet aux étrangers n’adhère pas toujours à la réalité. Rome absorbe les coutumes de ses habitants, qui rarement sont nés ou ont grandi ici.

pajata

Les périphéries populeuses pèsent lourdement sur le noyau culturel; le prix des logements et les difficultés de déplacement obligent les jeunes générations à vivre aux marges de l’Urbs. Le centre historique demeure une île sans pont, vivante jusqu’au coucher du soleil, désertée ensuite, livrée aux touristes et aux employés des administrations pendant la semaine, et cernée de trafic. Lire la suite

L’Amatriciana, de la tradition à la maison

Spaghetti all'amatriciana

Spaghetti all’amatriciana ( internet )

Dans toute l’Italie centrale, il est bien connu que les pâtes all’amatriciana tirent leur nom de la petite ville d’Amatrice, située peu au nord de Rome. Néanmoins, des voix discordantes ouvrent les polémiques sur l’origine de ce plat et de sa jumelle “en blanc”, c’est-à-dire sans tomates, la dénommée “gricia”. Nous tairons ici ces allègres désaccords, car nous préférons célébrer l’union des saveurs et privilégier la recette.

L’amatriciana est une préparation simple. Sa seule vraie difficulté consiste dans la réussite de l’amalgame des parfums du guanciale* avec la tomate, tout en veillant à ce que la sauce ne prenne pas un petit goût de brûlé. Pour cela, nous vous proposerons aussi une variante de la tradition.

Lire la suite