La « pajata » disparue

Aujourd’hui, un post iconoclaste: destructeur, polémique, irrévérent.

Soyons francs, nous briserons certains mythes avec cruauté: de nombreuses traditions romaines disparaissent peu à peu, des lieux typiques et caractéristiques se transforment, la ville peine à conserver son âme ancienne. Les Romains sont en train de changer, leurs habitudes se modifient. Certains quartiers résistent, mais l’image qui se transmet aux étrangers n’adhère pas toujours à la réalité. Rome absorbe les coutumes de ses habitants, qui rarement sont nés ou ont grandi ici.

pajata

Les périphéries populeuses pèsent lourdement sur le noyau culturel; le prix des logements et les difficultés de déplacement obligent les jeunes générations à vivre aux marges de l’Urbs. Le centre historique demeure une île sans pont, vivante jusqu’au coucher du soleil, désertée ensuite, livrée aux touristes et aux employés des administrations pendant la semaine, et cernée de trafic. Continuer la lecture

Publié dans culture gastronomique romaine | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Question de bruschette

Qui n’a pas encore croqué ce croustillant croquant  et craquant délice de simplicité ?

Plus que d’une onomatopée, le mot bruschetta dérive du verbe bruscare, contraction dialectale de abbrustolire : « griller » (ou « torréfier » pour le café).

Son origine remonterait aux Etrusques du centre de l’Italie, entre le sud de la Toscane (la Maremme, la région de Grosseto) et le nord du Latium.  Cette délicieuse tartine n’était pas un hors-d’œuvre traditionnel ou branché, mais bien une collation humble, popularisée par les cultivateurs qui travaillaient dans les champs, ou constituait le dîner complet des gardiens de troupeaux.

bruschetta

On la mange particulièrement en Italie dans les zones productrices d’huile d’olive et la bruschetta peut changer de nom selon les régions : fettunta (tranche huilée) en Toscane,  fedda ruscia (tranche grillée) en Calabre,  panunto (pain huilé) dans la plupart des lieux. Si elle se déguste souvent en entrée ou avant une pizza, elle sert aussi bien sûr à la dégustation de l’huile nouvelle.

Continuer la lecture

Publié dans culture gastronomique romaine, recettes romaines | Marqué avec , , , , , , | Un commentaire

Quand s’ouvre le kiosque de la grattacheccha…

Dans les rues de Rome, les kiosques sont des repères, des lieux de halte et de croisement pour le sourire des habitués.

Certains matins non pressés, on salue plus longuement le marchand de journaux du quartier, on choisit sa revue préférée, puis on décide de feuilleter au bar sa Repubblica ou son Corriere. L’edicola est rarement fermée, elle suit le fil des actualités, du coin familier puis du monde éloigné, voire étranger.  

Les kiosques à fleurs, ouverts jusqu’à très tard, surprennent, offrant au regard une jolie impression : chacun pourrait avoir l’envie ou le besoin d’offrir des couleurs à la nuit. Les fleuristes, au sens de magasins spécialisés en décoration florale, ne se développent ici que depuis peu d’années. Généralement, le Romain invité à manger chez des amis, apporte une  bouteille de vin ou un dessert, le plus souvent de la glace ou des pâtisseries.

le kiosque de la grattacheccha

Le kiosque de la grattachecca, lui, est un des symboles de l’été. Cette boîte rectangulaire et austère est fermée de novembre à mai, avec ses volets sombres ou verts. Les cerisiers fleurissent, les platanes le long du Tibre se reverdissent, le beige remplace brusquement l’élégance noire des vêtements, les premières chaleurs approchent. Et puis, un jour, un jour, le parallélépipède s’ouvre, s’anime, s’articule – mère et fils, mari et femme, avec un entrain nouveau, donnent coups de brosse et de pinceau. Coulisses à ciel ouvert pour une ouverture toute proche. Continuer la lecture

Publié dans culture gastronomique romaine | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Le réconfort du nombre zéro

Dans un précédent post culinaire, nous avions vanté le pouvoir revigorant des pâtes à la carbonara. Ceux parmi vous qui sont parvenus à réaliser la recette pourront témoigner de ses effets régénérateurs. Ceux qui, par contre, ressentiraient encore des carences, sans doute plus profondes, ancrées dans la sphère du psychologique et d’une maigre estime de soi, trouveront peut-être maintenant du réconfort à la lecture de l’un des plus connus poètes romains : Trilussa.

nummeriConsidéré avec Gioacchino Belli comme le principal représentant de la langue romanesque, il partage avec lui une ironie cinglante et un cynisme effronté, l’aversion des puissants, l’amour pour le peuple et sa populaire noblesse.

Par sa brève poésie “Nummeri”, qui date de 1944 et fait clairement référence à la parabole fasciste des petits hommes qui se firent grands, Trilussa vous offre un petit remontant au cas où vous avez la dignité de vivre sereinement la modeste conscience de votre normalité et de ne pas accorder à la légère votre consentement à qui en fera piètre usage, décidément.   Continuer la lecture

Publié dans culture romaine | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Le cinéma romain de Luigi Magni

Il y a un réalisateur romain qui, plus que tous, a cherché de porter à l’écran Rome et l’esprit traditionnel des Romains: il s’appelle Luigi (Gigi) Magni, 1928-.

A partir de 1969 (avec « Les conspirateurs ») et pour au moins 20 ans, il s’est « spécialisé » dans des films entre histoire et farce, situés dans la Rome papale du XVIème ou du XIXème siècles.

Dans une forte veine anticléricale, mais avec une manifeste admiration pour les hommes, les idées et les sentiments.

Les conspirateurs Les protagonistes de ces pellicules sont souvent des héros qui déclinent un héroïsme de « cru romain » : des carbonari révolutionnaires destinés sans beaucoup de gloire à l’échafaud, des écrivains clandestins et subversifs (dans la tradition de la statue parlante du « Pasquino »), des hommes d’Eglise éclairés avec quelques faiblesses humaines et un certains sens de l’ironie, comme le Filippo Neri de « State buoni se potete » ou le père Colomb de « Au nom du pape roi », ou encore l’astucieux Felicetto de li Caprettari de « Mesdames et Messieurs, bonsoir », le Cavaradossi ou la Tosca de l’opéra puccinien.

En toile de fond, il y a une ville qui montre à travers ses ruines le lourd fardeau de la gloire passée et, au premier plan, l’austère puissance de l’Eglise de Rome, peut-être oublieuse de sa propre mission d’instruction pastorale. Au milieu, le peuple veule et le plus souvent ignorant se traîne avec une indolence résignée. Continuer la lecture

Publié dans culture romaine | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire